Qui est Ritama ?

Depuis petite, ma mère m’a enseigné le yoga. Tous les matins, elle se mettait dans le salon pendant deux heures et elle exécutait ses postures.
Parfois, elle m’en apprenait ou j’aimais la regarder faire, la copier.
Ainsi, sans le savoir elle a fait de moi une YOGI
J’aimais particulièrement quand elle me montrait ce qu’elle avait nommé : le poulet « Jhulana Lurhakanasa » (rocking and rolling pose), ou bien la charrue.
Je préférais néanmoins nettement la danse et dès mes 5 ans, je suis entrée au conservatoire de danse classique. Assez vite, je suis devenue passionnée, mon corps vibrait, je ressentais mes muscles, chaque partie de mon corps était en vie.
Mes pieds souffraient avec les pointes mais j’étais capable d’endurer dans ce seul plaisir de voir mon corps en mouvement. J’ai appris à l’aimer et parfois je le détestais, dès que je prenais un kilo et que les miroirs me reflétaient une image de moi que je n’aimais plus, ou bien que mon professeur me le faisait comprendre.
Honorer mon corps, oui je l’ai appris depuis mon enfance.
Grâce à cela, j’ai vite compris, que si je ne dansais pas, mon mental ne suivait plus. Tout passait par mon corps en premier.

Mon corps était mon meilleur allié

J’ai passé mon Bac avec en parallèle mes cours de danse assidus, tous les soirs de la semaine, avec examens et spectacles à la clé. A 18 ans, je suis partie du conservatoire, mais je n’ai jamais arrêté de danser, même avec mes trois grossesses. J’y avais passé une grande partie de ma jeunesse et cela m’avait donné une volonté de combat, un besoin d’aller toujours plus loin mais en combinant la tête et le corps.
Danse classique et jazz jusqu’à mes 40 ans avec toujours des spectacles chaque année, puis salsa, flamenco, claquettes, rock… puis danse orientale jusqu’à aujourd’hui, et tango, qui est la danse qui sans doute m’amènera jusqu’à mes vieux jours.

J’ai souhaité valider mon cursus de danseuse, après celui du conservatoire de Boulogne pendant 12 année, en 2018 par la certification internationale de danse contemporaine orientale avec 150 heures de formation complémentaire.

Le yoga est resté présent toutes ces années, chaque jour, j’ai pu faire des postures que j’avais apprises petites et que j’affectionnais. Entre chaque patient, quand je me sens fatiguée, je me régénère et me recentre grâce à cela. J’y allie aujourd’hui le son pour un nettoyage énergétique en profondeur, ainsi que les mantras et les mudras.

Ayant cette culture du corps, cet amour du corps, j’ai souhaité transmettre. J’avais donné des cours de danse classique, des cours de barre au sol et je voulais enseigner le yoga.

RITAMA YOGA EST NÉ

J’ai suivi de nombreux enseignements sur Paris et en Inde.
Dont les plus longues :

  • 12 années de danse classique au conservatoire de Boulogne Billancourt (9h par semaine minimum)
  • 150 heures de danse contemporaine orientale
  • 26 jours AYURVEDA ET YOGA COURSE par Vardan Ayurved Nilayam, Inde
  • 5 jours MANTRATHERAPIE par Vasihta Yoga international Research Foundation, Krishnamacharya yoga Mandiram et Yoga and Vedas, France
  • 35 heures yogathérapie avec l’Institut de Yoga-Thérapie, Lionel Coudron
  • 5 jours sonothérapie Sage Academy of sound energy
  • 100 heures Naturality Training program par Naturality, Inde
  • 200 heures Yoga and Meditation Teacher Training, Ritam yoga school, Inde
rpyt

Pourquoi Ritama ?

Ritama est née en Inde grâce à mon Maître Jivasu (enseignant indo-canadien, écrivain et fondateur du mouvement Naturality). En quelques minutes, l’inspiration lui est venue.
Interloquée je me suis demandée pourquoi RITAMA ? Il m’a juste répondu que c’était ce que l’univers lui avait envoyé.
Rapidement j’ai compris que RITAMA se rapproche de Sainte Rita, à laquelle je porte une admiration depuis plusieurs années.
La coïncidence était incroyable…

Pour lui bien sûr, il ne pouvait pas le savoir et il ne connaissait pas l’existence de cette Sainte. Mais pour moi ce nom avait une résonance particulière.

J’en ai cherché ensuite la signification et certains m’ont éclairée dont Jivasu, Shajesh et Henri.

Sur internet

Satyam est la Vérité et Rtam (prononcé Ritam) est la loi qui régit le fonctionnement de cette Vérité. Ainsi, bien que les deux mots aient fondamentalement la même signification, il existe toujours une différence subtile entre les deux.

On peut citer ici un mantra du Rig Veda, qui contient à la fois Rtam et Satyam :

Rtam cha satyam chAbhidhdAt (1), tapaso adhyajAyata (2)

La Vérité est née et la Loi de la Vérité (1), du feu allumé de l’Energie de la Conscience.

Rig Veda 10.190.1

Un autre de Atharva Veda :

satyam brihat rtam ugram, dikshA tapo brahma yajnah, prithivi dhArayanti ||
La Vérité (satyam), le Vast (brihat) et la Vérité en mouvement (rtam), la force (ugram), l’initiation, l’askesis, le mantra (brahma) et Yajna- Ces éléments soutiennent la Terre.

Atharva Veda 12.1.1

Sur le mantra védique du Rig, le commentaire du Dr R.L.Kashyap (qui travaille à l’Institut d’études védiques Sri Aurobindo Kapaly Shastry) est le suivant :

La Réalité Suprême n’est pas une simple existence, immuable et sans caractéristiques. Elle est suprêmement consciente ; c’est une Conscience. Et cette Conscience n’est pas non plus une simple conscience. Elle est dynamique, c’est une Puissance. Lorsque cette Conscience en tant que Puissance entre en action, la création s’ensuit. D’abord la Vérité (Satyam) derrière la création, se formule et conduit à la Loi du fonctionnement de cette Vérité (Rtam). Cette autodétermination de la Vérité est la semence de la création et sa Loi fixe les lignes de manifestation et régit son développement.

En sanskrit, Rita signifie Vérité ; la religion et la philosophie indiennes, l’ordre cosmique mentionné dans les Védas, les anciennes écritures sacrées de l’Inde

Ma signifie mère
Rita ma signifie Vraie mère
Ou la Mère Divine
Une vraie mère yogi

Pour Henri

Je peux juste te dire mes premiers ressentis que c’est un nom ou prénom avec une résonance forte dont ses fréquences vibratoires sont très hautes avec beaucoup de force. C’est une personne plus spirituelle que yogi et très engagée contre la pauvreté de l’humanité.
Mais beaucoup de questions se posent. C’est un personnage secret avec une grande âme, c’est un messager avec un enseignement de connaissances concrètes pour établir notre Chemin de Vie.

Après plusieurs méditations, Henri poursuit sur l’histoire de Ritama :

  • La sagesse de Ritama

Son histoire commence fin du 19 siècles dans une famille de commerçant pendant la colonisation anglaise. Dans une petite ville dont son père était imprimeur et tenait une petite librairie, sa mère s’occupait de l’entretien de la maison, d’élever son petit frère et sa grande sœur.
Une enfance plutôt heureuse, elle était toujours en contact avec la nature, les astres. Elle adorait la littérature et la philosophie. L’apprentissage de la sagesse à travers la religion lui avait permis de s’ouvrir vers les autres. Elle découvre la méditation dans sa tendre jeunesse suite à un accident domestique.
Une bonne scolarité, les années passent. Vers l’âge de 18 ans elle rencontre un maitre yogi avec un groupe de disciples en recherche de spiritualité et de bien-être pour le corps. Suite à cette rencontre de multiples questions se posent.
Elle passera une dizaine d’années de sa vie dans un ashram dans l’est de l’Inde pour apprendre et chercher à comprendre l’existence de nos vies. Sa passion pour la nature, elle apprend la médecine traditionnelle indienne et hindouiste. Elle deviendra guérisseuse pour le physique et guide pour le spirituel. Elle se marie et retournera avec son fils âgé de 8 ans après le décès de son mari chez ses parents. Suite à ces expériences personnelles pour retrouver la sérénité elle ouvre un ashram, un dispensaire et une école pour les pauvres.

Elle commencera un nouveau cycle, une nouvelle vie sous les signes de l’amour pour l’autre et de la sagesse.
Son prénom est bien Rita mais un prénom indien signifiant « l’ordre naturel des choses ».
A la suite de l’ouverture de son lieu de paix et de guérison, elle était considéré comme une mère (ma en sanskrit) pour toutes les personnes qui fréquentaient ce centre. Son nom Rita Ma était le plus connu dans la région où elle vivait. C’était une femme croyante en toute simplicité pendant toute une vie, remplie de rencontre avec des sages et des maitres, auprès d’eux c’était une élève assidue très douée pour être à son tour un sage (Sri,Srimati).
Ritama est aussi un prénom bangladais, un très ancien prénom qui évoque la confiance, la bienveillance et l’espoir.

Voici un aperçu sur sa personnalité et ses qualités